En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

UR 1264 - MYCSA : Mycologie et securite des aliments

MycSA

Mycologie & Sécurité des Aliments
INRA Bordeaux-Aquitaine
BP 81
33883 Villenave d'Ornon Cedex

Le programme ANR 2015-2019, CaDON

Cadmium et Deoxynivalenol dans les récoltes de blé dur : comprendre les évènements de contamination croisée et évaluer la toxicité du mélange

ANR CaDON
CaDON est un programme de recherche du défi sociétal 'Sécurité alimentaire et défi démographique' financé par l'ANR

Résumé de CaDON

Parmi les contaminants les plus préoccupants pour la qualité sanitaire des céréales et produits dérivés se trouvent le Cadmium (Cd) et les mycotoxines. L’alimentation et en particulier la consommation de produits céréaliers est à l’origine de l’exposition de l’homme à ces deux types de contaminants, une exposition à ne pas négliger comme l’ont récemment souligné les résultats de l’étude de l’alimentation totale en France (Enquête EAT2, ANSES, 2011). Cd est un élément trace présent naturellement dans les sols. L’enrichissement des sols peut aussi résulter de la pollution atmosphérique ainsi que de certaines pratiques agricoles (apports d’engrais phosphatés, boues…). Cd pénètre facilement dans les végétaux par leurs racines et atteint les parties consommables. En ce qui concerne les mycotoxines, le deoxynivalenol (DON) produit majoritairement par Fusarium graminearum au cours de la culture est la toxine la plus fréquemment retrouvée dans les récoltes céréalières en Europe. Deux règlements Européens (EC No 1881/2006 et 856/2005) fixent es valeurs seuils en DON et Cd à ne pas dépasser pour la commercialisation des céréales à destination de l’alimentation humaine. Le blé dur est la culture céréalière la plus sensible à la contamination par le DON et Cd. Certaines années près de 10 % de la production Française dépasse la valeur seuil européenne de 1750 μg/Kg. Entre 2011 et 2013, près de 30% des récoltes françaises de blé dur contenait des teneurs en Cd supérieures à 0.1 mg/kg. Il est aussi à noter que près de 29% de la production Française entre 2011 et 2013 était co-contaminée par des niveaux significatifs de Cd et de DON. Cette fréquente co-contamination associée au fait que DON et Cd sont susceptibles de se retrouver dans les mêmes fractions de mouture soulèvent la question de l’exposition de l’homme et animaux d’élevage au cocktail de contaminants, DON + Cd. Si de nombreuses études ont analysé séparément la toxicité chronique du Cd et du DON, aucune n’a jusqu’à présent abordé la question de la toxicité combinée de ces deux contaminants. On ne peut exclure que la toxicité de DON impacte celle de Cd ou inversement. Quoiqu’il en soit, réduire les niveaux de ces deux contaminants dans les aliments et plus spécifiquement dans les produits céréaliers est essentiel pour aider les acteurs des filières céréalières à proposer des produits conformes à la réglementation européenne et sans danger pour les consommateurs.

Le projet CaDON se propose de considérer simultanément les deux contaminants, Cd et DON, du champ aux produits de moutures et d’analyser leur toxicité combinée avec un double objectif : (1) s’assurer que les stratégies agronomiques et les process de mouture préconisés pour limiter les teneurs en un des contaminants ne favorisent pas la contamination par le deuxième, (2) s’assurer que la co-contamination des produits céréaliers par Cd et DON ne conduit pas à un effet cocktail avec de potentielles synergies entre les effets toxiques liés à chaque contaminant. Pour atteindre cet objectif trois axes de recherches complémentaires ont été définies, guidées par les lignes directrices suivantes : (1) caractériser les évènements de co-contamination et en analyser l’origine, du champ aux produits de mouture, (2) décrypter les mécanismes physiologiques et biologiques à l’origine de la co-contamination des grains et produits de mouture, (3) évaluer la toxicité combinée du DON et Cd.

La connaissance délivrée par le projet CaDON permettra une première évaluation du risque lié à la co-contamination des blés durs par le mélange Cd+DON et fournira les bases pour comprendre l’origine de ce risque, du champ au consommateur. Chaque résultat du projet CaDON sera un élément essentiel pour identifier les actions préventives pour limiter ce risque potentiel.

Partenaires

INRA, UR 1264 MycSA, coordinateur  -(http://www6.bordeaux-aquitaine.inra.fr/mycsa/)

INRA/INP UMR 1331 ToxAlim (http://www6.toulouse.inra.fr/toxalim/)

INRA/CIRAD/ Montpellier SupAgro UMR 1208 IATE (http://umr-iate.cirad.fr/)

INRA/Bordeaux Sciences Agro UMR ISPA 1391 (http://www6.bordeaux-aquitaine.inra.fr/ispa/)

ARVALIS (http://www.arvalisinstitutduvegetal.fr)