En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal UMR ISPA Bordeaux Science Agro

Interactions Sol Plante Atmosphère

Offre de thèse

Offre de thèse
Thèse de doctorat en agronomie globale

Titre de la thèse : Stockage de carbone dans les sols ou méthanisation agricole : quelle est la voie la plus efficace pour atténuer les émissions de CO2 ?

Un projet de thèse de doctorat portant sur la comparaison de deux stratégies d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole –la méthanisation ou le stockage de carbone dans les sols-- est proposé au sein de l’UMR ISPA (Interaction Sol Plante Atmosphère, INRA/Bordeaux Sciences Agro) à Bordeaux.

Contexte

Sans atténuation rapide et forte des émissions de gaz à effet de serre (GES), le coût d’adaptation des sociétés humaines au changement climatique pourrait s’avérer très élevé. Pour contenir le réchauffement global en dessous de +1.5°C, les scientifiques s’accordent sur le besoin d’atténuer rapidement les émissions anthropiques de GES, ce que vient de confirmer le récent rapport du Groupe Intergouvernemental d’Expert du Climat (GIEC).

L’agriculture est un secteur économique émetteur net de GES, contribuant à environ 20% des émissions nationales. Au-delà des possibilités de réduction des émissions de protoxyde d’azote (N2O) et de méthane (CH4), l’agriculture peut contribuer à l’atténuation du changement climatique par deux autres leviers : la séquestration de carbone (C) dans les sols, et la production d’énergie renouvelable issue de la biomasse.

  • La séquestration de C dans les sols, qui est à la base de l’initiative française et internationale « 4 pour 1000 », constitue une émission nette négative par retrait de CO2 de l’atmosphère.
  • La production d’énergie renouvelable à partir de biomasse agricole réduit, quant à elle, les émissions de CO2 par effet de substitution aux énergies fossiles. En particulier, la production de biogaz (CH4) par digestion anaérobie de déchets (méthanisation) est une voie qui reçoit un soutien croissant en France (Loi de Transition Énergétique, 2015) et en Europe (paquet Énergie Climat, 2009) car elle présente l’avantage, par rapport aux cultures spécifiques à vocation énergétique, de ne pas introduire de compétition entre la production d’énergie et la production alimentaire. Le biogaz produit peut être utilisé directement après épuration et injection dans le réseau de gaz naturel ou après combustion dans un moteur de cogénération et production d’énergie électrique.

Il existe cependant un antagonisme entre ces deux voies, rarement considéré. En effet, les gisements de carbone organique disponible pour l’enfouissement dans les sols ou la méthanisation sont limités et une concurrence entre usage de ces ressources risque d’apparaitre, a fortiori dans un contexte de développement concomitant des deux voies d’atténuation précédemment citées. Il convient donc d’explorer les bénéfices respectifs en termes d’atténuation des émissions de GES nationales de ces deux voies, en les positionnant dans un contexte de fort développement à l’échelle nationale.

Objectif

Ce projet de thèse vise à comparer, par modélisation mécaniste, deux voies d’atténuation des émissions de GES par le secteur agricole, à savoir : le stockage de carbone organique dans les sols par enfouissement direct de biomasse et produits résiduaires organiques d’une part, et la production d’énergie renouvelable –et son effet de substitution à des énergies fossiles- à partir de ces mêmes biomasse et produits résiduaires d’autre part. Cette comparaison portera sur leur bénéfice réciproque en termes de d’atténuation des émissions de CO2 ainsi que de limitation des autres GES (N2O et CH4) qui leur sont associés. Cette analyse sera menée à l’échelle nationale de la France – un pays disposant d’un territoire agricole important et fortement engagé dans la transition énergétique - et dans un contexte de fort développement de ces deux voies d’atténuation.

En s’appuyant sur les acquis de l’équipe encadrante, un modèle spatialement explicite du cycle du carbone dans les systèmes agricoles et les unités de méthanisation sera élaboré à l’échelle de la France entière. Plusieurs scénarios de mobilisation des ressources existantes en biomasse (résidus de culture, effluents d’élevage, etc.) et de production de ressources supplémentaires (cultures intermédiaires à vocation énergétique) seront construits en tenant compte des possibilités et contraintes des systèmes de production agricoles existants et de leur contexte. Un travail d’enquête sera mis en place pour caractériser les flux de matière mobilisés par les méthaniseurs actuellement en place (types de produits, distances parcourues, etc.) afin d’en tenir compte dans l’évaluation des performances de la méthanisation. Enfin une évaluation globale du bilan de gaz à effet de serre des différents scénarios envisagés sera réalisée.

Profil recherché

  • Ingénieur agronome ou master en agronomie ayant un goût pour la modélisation et l’exploration de scénarios.
  • Intérêt pour les approches à large échelle spatiale (territoire, pays, planète)
  • Excellentes capacités de rédaction, maîtrise écrite et orale de l’anglais
  • Rigueur et organisation ; esprit d’initiative et créativité ; motivation pour la recherche

Encadrement et conditions pratiques

Le/la doctorant(e) sera co-encadré(e) par Thomas NESME (professeur, Bordeaux Sciences Agro) et Sylvain PELLERIN (directeur de recherche, INRA) et sera intégré(e) au sein d’un groupe travaillant sur les cycles des éléments minéraux à des échelles spatiales larges, du territoire à la planète. Il/elle bénéficiera des acquis scientifiques et méthodologiques de l’équipe ainsi que des collaborations établies dans le cadre d’une étude nationale sur le stockage de carbone dans les sols (co-dirigée par Sylvain Pellerin). Des collaborations seront également établies avec des industriels du secteur de la méthanisation agricole.

Le doctorat se déroulera au sein de l’UMR ISPA à Bordeaux (France). Cette unité offre un excellent environnement scientifique, inséré dans le Labex COTE, situé sur le Centre INRA de Bordeaux, à quelques minutes du centre-ville de Bordeaux. Le doctorant sera inscrit à l'Ecole Doctorale "Sciences et Environnement" de l'Université de Bordeaux.

Le financement de ce doctorat est acquis pour moitié (par Bordeaux Sciences Agro) tandis qu’une demande complémentaire de ½ bourse de thèse sera déposée auprès de l’ADEME. Le salaire mensuel proposé sera de 1890€ brut, pour une durée de 3 ans. Le travail démarrera à l’automne 2019.

Comment se renseigner et candidater ?

Tout(e) étudiant(e) intéressé(e) est invité(e) à envoyer son CV et une lettre de motivation à Thomas NESME  et Sylvain PELLERIN  avant le 14 mars 2019. La lettre de motivation devra démontrer l’intérêt du/de la candidat(e) pour le sujet ainsi que la façon dont il/elle perçoit l’adéquation de ses compétences avec le projet de doctorat.

Des entretiens seront à prévoir dans la semaine du 18 au 22 mars 2019