En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal logo partenaire U-BDX

UMR 1332 - Biologie du Fruit et Pathologie

UMR 1332 Biologie du Fruit et Pathologie

Jeudi 21 décembre à 9h00 - Amphithéâtre Colette et Josy Bové - INRA Bordeaux - Soutenance de Thèse de Marc LABADIE

"Etude du développement spatio-temporelle d'un plant de fraisier"

Marc LABADIE

Equipe OrFE

Membres du Jury

Mme Béatrice DENOYES UMR 1332 Biologie du Fruit et Pathologie-INRA Bordeaux- Directeur de thèse
M. Yann GUEDON - UMR AGAP, CIRAD de Montpellier - Examinateur
M. Pierre-Eric LAURI - UMR Fonctionnement et Conduite des -Systèmes de Culture Tropicaux et Méditerranéens (UMR System) INRA - Rapporteur
M. Souleiman SAKR - UMR IRHS, Equipe Arch-E (Architecture et Environnement) - Rapporteur
Mme Nathalie OLLAT -  Écophysiologie et génomique fonctionnelle de la vigne (EGFV), INRA Bordeaux - Examinateur
M. Michel HERNOULD - UMR 1332 Biologie du Fruit et Pathologie, INRA Bordeaux – Examinateur
Mme Marie-Noëlle DEMENE - INVENIO(partenaire professionnel) - Invité

Résumé :
Chez le fraisier la balance entre floraison et développement végétatif incluant la production de stolons (tiges allongées portant les plants filles) conditionne le rendement du plant. L’objectif de la thèse était d’obtenir une meilleure compréhension des processus de développement du fraisier, la floraison, le développement végétatif des axes et le stolonnage, grâce à une étude spatio-temporelle. Trois approches complémentaires ont été développées sur six variétés non-remontantes plantées en conditions « hors-sol » :(1) la modélisation des profils d’émergence hebdomadaire de fleurs, feuilles et stolons par une analyse de segmentation longitudinale, (2) l’analyse spatio-temporelle de l’architecture des plants durant une saison de production et (3) le suivi de l’expression de gènes clés liés à la floraison. (1) Les modèles univariés de détection de ruptures appliqués à chaque variable phénologique étaient basés sur l’hypothèse que les changements de phases sont synchrones entre les individus d’une même variété. Ces modèles ont permis d’identifier des phases pour chacune des variétés et chacun des trois types d’organe. Les modèles de détection de ruptures multivariés combinant les trois types d’organes ont permis de mettre en évidence une forte structuration du développement du fraisier par la floraison et le stolonnage. De plus, les variétés se regroupent autour de deux profils de floraison avec la présence ou pas d’un deuxième pic de floraison. Enfin, les modèles d’émergence de stolon montrent un synchronisme suggérant un fort effet environnemental. (2) L’analyse spatio-temporelle de l’architecture s’est basée sur un modèle de graphe arborescent multi-échelle, permettant une représentation visuelle et une analyse de la topologie du plant au cours de son développement. Cette analyse a permis de mettre en évidence des différences topologiques précoces ainsi que différentes stratégies de développement entre les variétés. Ces différences de développement expliquent en partie les différents profils de floraison. (3) Parmi les gènes étudiés pour leur expression au cours de la culture des plants de fraisier, SUPPRESSOR OF OVEREXPRESSION OF CONSTANS1 (SOC1) apparait comme un marqueur de développement végétatif et de l’émergence des stolons. Une approche architecturale a également été initiée sur le fraisier diploïde. Les premiers résultats ont permis de mieux préciser le devenir des méristèmes axillaires. En conclusion, ce travail a permis d’évaluer les variétés en condition de production et d’identifier des critères de sélection pour le développement de nouvelles variétés. Il a également permis de développer de nouveaux outils qui pourront être utilisés par les sélectionneurs et les expérimentateurs.